Avec Georges Méric, la majorité départementale veut une “Haute-Garonne protectrice”