“L’endométriose m’a détruite”: vers la lente fin d’un tabou